HISTORIQUE

EN QUÊTE DE LA FLEUR BLEUE par Alain Jouno 


« La Fleur Bleue est ce que chacun cherche sans le savoir,
qu'on le nomme Dieu, éternité ou amour » 
Ricarda HUCH, Die Romantik Blütezeit, 
Ausbreitung und Verfall, 
Zürich, 1951, p.283



J’arpentais les rues de Paris...et, par hasard, devant un kiosque. mon regard  se posa sur la couverture d’une revue. Je la saisissais et tournais sans réfléchir la quatrième de couverture. Immédiatement, je fus intrigué par une annonce : elle présentait une propriété à vendre en Bretagne; le lieu n’était pas précisé, mais il ne m’était pas inconnu. Je devinais ... le château de la Foltière près duquel nous avions randonné en famille.  
        Le 24 mai 1994, lors d’une courte visite se réanima la passion de mes quinze ans. J’ai compris que le cours de ma vie pouvait changer. Mon esprit vagabondait, des images de jardins se succédaient... J’entrevoyais un parcours de visite dans un vaste parc botanique, bien que la propriété fût partiellement abandonnée aux ronces et aux herbes folles. 
Je m’empressais de communiquer mon enthousiasme pour ce projet à mon épouse.




En 1820, la propriété fut achetée à Virginie de Saint-Gilles par M. Frontin des Buffards. Cette famille l’habita en résidence principale et ses descendants, la famille Rognon de Carcaradec, en firent une résidence de plaisance.
La construction du château aux volumes sobres orné de frontons à l’antique, dessiné par l’architecte Pierre Jourdin, débuta en 1836 pour y être habité en 1853, en remplacement de l’ancien manoir. Il fut entouré d’un parc paysager aux allées sinueuses épousant la topographie du domaine. L’étang fut agrandit au-delà de la longue avenue d’entrée pour sortir de son alignement. Une nouvelle digue fut construite en amont. Afin de résister à la poussée de l’eau, une bonde  en arc-boutant, comportant une vanne basse, sert à vidanger l’étang. 

Page 4 sur 7